Forum de Kadath, un lieu de songes et de délires.
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Livre-aux-Onze-Pages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 5:28

La citée de Kadath est endormie.

Damralh contemple les ruines baignées par la brume, fantôme aux os brisé, dont le sang cotonneux virevolte et résiste, puis recule, sous les assauts glacés des vents avides de sa chaleur du plateau de Leng.

Les hululements de la brise, tandis qu ‘elle s’insinue dans le squelette écartelé, rappellent au Chaman les chasses de son clan. Son regard plongé dans la brume se fait vague, des images de sang et de larmes brouillent le présent tandis que les cris des Dragons et les piaillements des Phénix le ramènent sur Terre, au sein des siens. Les souvenirs des chasses et des morts, des festins et des disparus s’estompent, tandis que l’Akroforme raffermit sa résolution. Il est venu à Kadath avec un objectif, et il ne saurait retarder son retour.

D’un mouvement rapide, Damralh se retourne et s’engage dans les escaliers du clocher de la Cathédrale de Kadath, dont la grande tour surplombe les vestiges de celle qui fut Kadath La Grande. Il sait où aller. Un peu à l’écart d’une grande voie ouverte au cœur de la cité, le cataclysme à déposer un monolithe, brisant la pierre, autrefois lisse, dessinant une toile de failles et de gravas. Un bâtiment reste accroché à lui, à moitié enterré, un tombeau de plusieurs fois la taille d’un homme. Minuscule et insignifiant face à son agresseur, l’architecture antique à pourtant tenu bon, s’est lézardée, à perdu quelques tuiles, mais à garder son intégrité. Les vestiges qui l’habitent ne sont pas de chair et d’os. Ses cryptes sont remplies d’ouvrages. Des grimoires qui n’auraient jamais dû être écris ont été inhumés dans ces tombes pour y attendre la fin de l’éternité. Mais la ville est frappée du fléau de la non-vie désormais, et ce qui aurait dû reposer y bouge parfois encore d’une vigueur malsaine.
Tandis qu’il descend les marches, Damralh se remémore le voyage qui l’a amené ici…

<O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O><O>

Le Sang de Damralh est figé dans ses veines. Il à déjà « voyager », mais jamais aussi loin. Il a eu un guide. Le Comte MOSE, émissaire de Kadath au sein de son propre Clan, l’a amené jusqu’ici. Sans ce noble seigneur, qui, tel Chiron, lui as fait passer un Acheron aux eaux noires des cauchemars des vivants et des morts, jamais le Chaman n’aurait eu l’espoir d’arriver à Kadath. Le Comte connaît de nombreux chemins secrets. Tous ne sont pas faciles à parcourir. Les deux vampires font une pause, dans un petit recoins de rêve, perdu au milieu des océans de cauchemars d’une race éteinte dans un tourment qui, ici, existe encore, rejouant leur agonie pour toujours. Pourtant le Chaman se sent étrangement bien. Un poids qui ne fait que s’accumuler depuis sa seconde naissance est levé de ses épaules, dans ce monde qui n’en est pas un. Là où le temps n’existe pas, il ne peut pas y avoir d’anachronisme. Damralh ne se sent plus « trop » vieux.

Mais il y a un prix à payer. Dans l’univers, il n’y a pas un grand nombre de lois immuables. Tandis que, sur Terre, même après le Cataclysme qui à mis fin à la dernière guerre et à apporter son lot d’abominations, abolissant l’idée d’évolution pour un cortège de monstres, il reste des lois sans concessions. Pas ici. Ici, il n’y a que le changement. MOSE en parle comme de l’expression d’une entité, sans âme, sans pensée, un principe absolu qui dort au centre de tout et est l’infini simultanément. Un Démiurge dément, le Tout-En-Un, qui regroupe la naissance, la vie, et la mort des astres et des insectes, et même des autres Dieux. La conversation dérive sur le panthéon auquel les Vampires de Kadath ne croient pas. Pour avoir la foi, il faut qu’il y ait une absence et un manque, et un espoir. Confronté à ces êtres, lorsque l’on sait qu’ils existent, que le prix à payer sera énorme, il n’y a pas d’espoir, pas de foi, seulement la résignation. Le Chaman commence à comprendre que Kadath n’est pas un Paradis. Si tout y vas bien, c’est que tout le monde s’escrime à ce qu’il en soit ainsi. Et l’Akroforme comprends quel est le prix qu’il va devoir payer pour ce « voyage ». Il va apprendre. Et ses souvenirs vont peser sur ses épaules plus lourdement que le poids des ans.

Les derniers pas vers la Cathédrale de Kadath se font dans le silence. Plusieurs fils et filles de Kadath sont là, prêts à l’acceuillir. Damralh s’avance, dépassant le Comte MOSE. Les Vampires le regardent, leur expression reste indéchiffrable. Damralh s’arrête à quelques pas du petit groupe, juste à la limite de l’esplanade s’ouvrant devant leur demeure, inconscient du départ de MOSE, repartit vers la Terre, à l’aide des Akroformes.
Un premier Vampire s’avance…



Dernière édition par [LAF] Damralh le Jeu 16 Fév - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 8:26

Il s'agit de Yasmaera, qui se fait appeler la Garce Énigmatique.

"Très cher Damralh, je te souhaite la bienvenue dans notre noble cité des
rêves perdus et retrouvés.

Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas à demander. J'ai une
réserve de jeunes vierges mâles et femelles à disposition pour ma part et de
bonnes réserves de sang-pagne vieilli en fût de peau humaine.

sur ces bonnes paroles... santé !
"

Lance la Vampire, l'ovale pâle de son visage contrastant avec les mèches de jais de sa chevelure.

<Damralh se tourne vers la Vampire au port ironique qui le toise d'un regard
amicale, teinté d'une pointe d'amusement>

"Tes mots me vont droit au coeur, belle Yasmaera.

Je ne fait, pour le moment, que découvrir les lieux, ma foi fort engageants.

Je me fait une joie de me délecter quotidiennement de vos nectars précieux, et
si tu dispose de précis sur les moyens de production et de conservation de
ceux-ci, j'en serais fort aise.

Pour conclure, je te pris d'accepter ce présent:
"

<Le Chaman pousse un jeune garçon, à peine entré dans l'adolescence, vers
la Vampire de la Citée qui Rêve>

"C'est un esclave, issu d'une longue lignée que je cultive depuis quelques
siècles déjà. Sa saveur est encore un peu jeune, mais laisse lui le temps de
vieillir au sec et convenablement nourri et il te délivrera un Sang à nul
autre pareil pendant de longues années!
"

Yasmaera s'en retourne à ses occupation, son nouvel esclave la suivant de près, un peu intimidé par la taille des bâtiments, lui qui n'a connu que le château Akroforme et la demeure de son ancien maître.
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 8:33

Damralh se retourne vers les autre membres du Clan, et déjà d'autre s'avancent, chacun exprimant par de courtoises paroles sa bienvenue.

"Bienvenue a toi Smile" dit Hikifune "Merci à toi, Hikifune!" s'exclame Damralh, serrant la main de la Captrice d'Esprit.


"Je te souhaite un très agréable séjour parmi nous, Maître Damralh!" lance avec entrain Linoa Yi-King "Celà commence déjà fort bien, je dois dire! Vous êtes fort courtois, et prompte à accueillir les passants!" Réponds le Chaman, souriant à sa collègue Absorbeuse.
"Nous sommes hélas beaucoup à être beaucoup absents car très occupés irl,
mais il y a içi beaucoup de personnes aux diverses richesses.
J espère que nous trouverons à l occasion le temps de nous connaitre un peu
mieux mais il est à craindre que notre belle cité des songes prennent parfois
l air d un désert peuplé de fantomes.
Je le sais bien, j en suis un. Wink

Sois le bienvenu parmi nous.
"


Dernière édition par [LAF] Damralh le Jeu 16 Fév - 17:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 8:58

S'en vient le Prince Jaune, Goetys:

Le Prince Jaune s'avance, les yeux rouges de sommeil. Il est clair que le
québécois s'éveille à peine. Il pousse du pied quelques bouteilles de
sangpagne vides laissées derrière après la fête de la veille, enjambe le
cadavre déjà raide d'une jeune femme aux visage teint d'or et d'ocre.

"Sois le bienvenu, ami, dans la Cité des Songes Divins. Installe-toi bien à
ton aise. Lorsque les autres seront au rendez-vous je lancerai une expédition
pour fêter ta venue. Je réveillerai de mes prières un monstre d'avant l'âge
des hommes si nul gardien préhistorique ne ravage à ce moment le désert.

Ïa Ïa Kadath !
"

<Le Chaman s'incline bien bas devant l'apparition majestueuse de la silhouette dorée>

"C'est un honneur pour moi de me trouver parmi vous. Le voyage fut éprouvant, mais le Comte m'a ouvert la voie, et je suis finalement arrivé sans encombres. Je m'était enquis auprès de lui de la façon qu'on les vôtres de traquer ces bêtes, car j'ai repérer la trace d'un Dragon Rouge fort puant dans les contreforts du plateau de Leng, et je pensait vous mener à lui pour l'occire férocement. Mais si vous vous proposez, je vous en prie, cet honneur me réchauffe le coeur!"
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 9:01

S'en vient ensuite Mefala, Captrice d'Esprit elle aussi:

"Bon séjour chez nous!" L'interpelle la Vampire, tandis que Damralh suit du regard le Seigneur Goetys, partis organiser la chasse. "Merci à toi, Mefala!" Réponds le Chaman, ravi de cette nouvelle rencontre.


Dernière édition par [LAF] Damralh le Jeu 23 Fév - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MOSE

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 17/12/2008
Age : 39
Localisation : angers

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 76
Surnom: MOSE

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 11:16

En partant le Comte se réjouissait de cette arrivée. Même si il avait senti le nouveau venu plongé dans ses songes, dans la tourmente, MOSE savait qu'ici bien d'autres seraient l'accueillir et l'accompagner vers la découverte de Kadath.

Le Comte sentit que Xana et Goetys avaient compris ses pensées les plus profondes, entre ces trois vampires la parole n'était plus le moyen de communication privilégié. Leurs songes, leurs idées se mêlaient tels les sangs des différents vampire mordus au cours de leurs aventure.....

L'esprit libéré MOSE se dirigeait vers une nouvelle aventure, les Akroformes
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 14:48

D'un pas félin, comme de juste, Bagheera se glissât derrière Damralh, et c'est d'une voie ronronnante qu'elle lui feula à l'oreille:

"Contente de t'accueillir parmi nous Damralh.... Euh j'espère que tu es venu
avec des fûts de Sang à Bulles car j'ai une petite soif^^


Bon jeu parmi nous
"

Le Chaman sourit en revoyant la splendide panthère, avec qui il avait déjà eu un premier contact, tandis qu'il venait en ambassade à Kadath.

"Mais bien sûr, j'ai plusieurs tonneaux pour vous tous! Vous, esclaves, servez une bonne rasade de notre Sang à Bulles cuvée spéciale goût fruits rouges à Bagheera! Et dans la jatte d'or que j'ai fait réaliser à son intention, attention!"

<Sous le regard acéré de Damralh, plusieurs esclaves vêtus de cuirs noirs les couvrant de pied en cape déchargent les bêtes de bât et exécutent son ordre, versant le liquide carmin dans un hanap d'un bon mètre de diamètre, esthétiquement embelli de scènes de chasse>

"Voici, ma bonne Bagheera, un peu de notre petit péché en bouteille, pour agiter vos papilles"

"La panthère bondit au cou de Damralh afin de lui faire des léchouilles de
bienvenue mais aussi pour le remercier de cette belle intention pour elle et les
siens !!
"
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Jeu 16 Fév - 17:03

Ne voyant pas revenir le Seigneur Goetys avec un monstre bien juteux à occire, Damralh se décide à lancer une expédition pour mettre un terme à la présence du Dragon Rouge qu'il à repéré en venant.

Le vaillant WhiteCrow joint en silence la caravane de serviteurs, en plein préparatifs.

Ne voyant personne d'autre fourbir ses armes, Damralh interpelle à nouveau les Vampires vaquant à leurs occupations quotidiennes en un vas et viens plein d'entrain à l'entrée de la Cathédrale.

Surgit alors de ses quartiers la flamboyante Xananka:

"J'arriiiiive =) =)

Et d'ailleurs, bienvenue chez nous =) J'espère que ce séjour à Kadath sera
des plus enrichissants !
"

"Chouette, du lourd (malgré ta taille de guêpe)

Je peux dire à Ysmaera que c'est plus la peine de s'inquiéter...
" Répondit la Chaman, tout en espérant que Xananka ne prenait pas un risque inconsidéré, car il avait entendu parler de l’inimité de ces bêtes envers la Captrice d'Esprit:

Citation :
Eux, ils ne m'aiment pas du tout... :

Le Dragon Rouge utilise l`attaque spéciale Crachat de Feu, Xananka obtient des dommages de 1228 PTS DE VIE.
Xananka finit sa non-vie sur le champ de bataille.

Le Dragon Rouge utilise l`attaque spéciale Crachat de Feu, Xananka obtient des dommages de 1154 PTS DE VIE.
Xananka finit sa non-vie sur le champ de bataille.

Le Dragon Rouge utilise l`attaque spéciale Crachat de Feu, Xananka obtient des dommages de 1196 PTS DE VIE.
Xananka finit sa non-vie sur le champ de bataille.


~\~ Xananka, Flamme de Kadath ~/~

Pour finir, Yasmaera se joint au petit groupe, prête à en découdre.

Le Dragon Rouge dévorera t'il les Vampires?

Les Vampires truciderons t'il le monstre?

La suite au prochain épisode...

Revenir en haut Aller en bas
Goetys
Admin
avatar

Messages : 1731
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 42
Localisation : Québec la maudite.

Votre perso en bref.
Race: Capteur d'Esprit
Niveau: 70+
Surnom: Prince Jaune de Kadath

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Ven 17 Fév - 0:48




Du haut de sa tour onirique, le Grand Prêtre de l'Innommable observe la lutte terrestre avec intérêt. Il grimace lorsque la bête terrasse chacun des siens.

- Si près ...»

Ses grimoires impies l'auront malheureusement retenu loin de cette chasse. Il accompagnera le Tavernier à la plume agile et les enfants de Kadath un autre jour, lorsque ses travaux sauront le laisser fréquenter ces halls à des heures moins solitaires.

Le Prince Jaune envoie son esprit vers celui du Chaman.

« Je vois que tu as su explorer nos installations, ami. Je suis heureux de te savoir à ton aise chez nous. J'ai remarqué que tu as une très bonne main d'écriture. Sois à ton aise et ne retiens nulle inspiration si jamais tu traîne du côté du Théâtre du Roi en Jaune; tes aventures y seront les bienvenues. »



Revenir en haut Aller en bas
http://academie-de-kadath.forumactif.com
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Ven 17 Fév - 10:01

Les quatres Vampires sont prêts.

Whitecrow, fils silencieux de Kadath, porte bien son surnom d’Ombre Blanche. Son armure nacrée luit légèrement, se fondant dans les brumes humides nappant de manière perpétuel la citée onirique. Le grand Absorbeur à préparer ses rituels de Sang, influençant le Destin pour que ses balles frappent les points faibles de l’ennemi, et est maintenant occupé à graisser avec application son AK-47, arme de bien belle facture dont les nombreuses rayures et coups témoignent de l’âge vénérable. L’application de Whitecrow fait bien vite comprendre à Damralh qu’il s’agit là d’une arme dont l’histoire est associée à de multiples exploits de légende.

A son côté se tient Xananka. Son soutien inespéré à réchauffer le cœur du Chaman, qui se voyait partir seul avec Whitecrow. La belle Captrice d’Esprit semble irradier le calme et la confiance, tandis que son Sang bat plus fort dans ses veines à l’approche du combat, son port est altier, ses mains assurées tandis qu’elle vérifie carreau après carreau ses munitions. Son esprit s’étend, frôlant les pensées superficielles de chacun des membres de l’expédition. Xananka a naturellement pris le rôle de stratège de leur petit groupe, et coordonne déjà leurs efforts, accroissant leur concentration au delà des limites de leurs seules capacités.

En dernière viens Yasmaera, la sauvage Maîtresse des Bêtes. C’est son Sang qui se manifeste de la manière la plus primale, et sa nature se voit dans chaque geste, nerveux, précis, comme un coup de griffe à peine retenu. Ses yeux sont sans cesse en mouvement, ses narines dilatées. Rien ne lui échappe, mais même sans le contrôle de Xananka, elle est lucide, elle maintient sa Bête d’une main de fer. Ses vêtements de cuir sont noirs comme une nuit sans lune, ses cheveux se fondent dans les plis de son manteau comme les plumes d’un corbeau dans un nuage d’orage. Des runes d’un peuple oublié, gravé sur de petites amulettes d’obsidienne, parsèment son vêtement. Dans sa main, une carabine de chasse sublime repose, tranquille, tandis qu’elle y glisse les balles une à une. Yasmaera a été la dernière à rejoindre le petit groupe, et s’inquiète un peu de faire bonne figure. Le Chaman ne s’inquiète pas de la performance de la belle, il sait qu’elle luttera crocs et griffes contre le monstre.

Damralh, d’un geste vif, intime aux esclaves de pousser les bêtes. La caravane s’ébranle pesamment, les Vampires marchant sur le côté du chemin, le terrain rocailleux, aux pierres aussi aiguisées que des rasoirs, ne les gênes nullement. Le Chaman porte son armure de cuir brut, un peu se sang caillé reste présent aux jointures et sous les lanières, souvenir brunâtre de ses rites les plus barbares. Les quatre cornes de son casque pointent vers la terre et le ciel, et les colifichets d’os, de plumes et de pierres de l’Absorbeur virevoltent dans le vent. Il se tient droit, les mains appuyées sur ses hanches, prêt des poignées d’ivoire de ses deux pistolets.

Il faut plusieurs jours de voyage pour atteindre le repaire du Dragon. Plusieurs bêtes de bas s’abiment dans les précipices. Xananka, Yasmaera et Whitecrow font plus ample connaissance avec Damralh. Ils échangent du sang et des histoires, des rires et des savoirs. Là où les rites de Whitecrow sont épurés et proche de l’Arcane désincarné des Capteurs d’Esprit, tel Xananka, la primitive magie chamanique de Damralh se rapprocherait presque plus des rugissements de fauve de Yasmaera, la maîtresse des bêtes. Et ils profitent de quelques repos pour s’entraîner ensemble, de nombreux esclaves faisant les frais des expériences de tactique et de magie des quatres Vampires. Leurs cadavres sont laissés à sécher au soleil. Les mortels ne sont pas censés survivre au voyage.

C’est le début de la nuit lorsqu’ils arrivent à l’entrée de la caverne, simple creux dans la roche, abris de fortune qui suffit au monstre à se protéger du vent lorsqu’il souffle de sa façon la plus mordante. Les quatres Vampires sont immédiatement aux aguets. Yasmaera est la première à ressentir la présence de la Bête, et Xananka relaye en une pensée l’avertissement :

« Je sens sa puanteur d’ici ! Il est au delà du prochain tournant »

Damralh est un peu déconcerté d’entendre la voix de la fille de Kadath tandis que ses lèvres restent immobiles, sourire carnassier entrouvert sur ses crocs étincelants aux dernières lumières du jour. La caravane s’avance. Les Vampires cessent d’avancer et se dispersent. Xananka et Yasmaera remontent la pente, pour prendre le Dragon à revers, tandis que Damralh et Whitecrow fourbissent leurs armes et se préparent à les déchainer sur leur cible. L’aura de magie du Sang des deux Absorbeurs les fait luire d’une aura carmine, reflet de lumière morte du couché de soleil. La première mule et son meneur atteignent le tournant. La montage paraît s’éveiller à la vie, et avale les infortunés. Figés par la stupeur, le reste des esclaves ne bouge pas. Les mules tentent de s’échapper, courant de droite et de gauche. Certaines traînent leurs meneurs, d’autres sont si brusques que la main qui les menait est seule à les suivre, proprement sectionnée par la longe. Le carnage commence, comme le Dragon retrouve pleinement ses esprits. Les membres volent en tout sens, les griffes s’abattent, les esclaves se tordent de douleurs, la queue écailleuse laboure la pente de bas en haut.

Voilà le signale que les Vampires attendent. Dans l’esprit de Damralh, la voix de Xananka vibre d’un « Maintenant !!! » entrainant, et c’est presque instantanément qu’il appuie sur les deux détentes simultanément. A son côté, le canon du AK-47 de Whitecrow s’illumine de flammes sporadique tandis que ses salves mesurées volent vers la bête.

Le Dragon réagit immédiatment :

=== MANCHE 1 ===

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Damralh (*) obtient des dommages de 202 PTS DE VIE.
Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, whitecrow obtient des dommages de 204 PTS DE VIE.


Les deux Absorbeurs sont les premières cibles du Monstre. Malgré de vastes balafres au torse, d’où s’écoule un épais liquide rouge, les deux guerriers Vampire arrivent à esquiver le plus gros de l’attaque, et ont ainsi assurer la mise en place de leur stratégie. Les deux Vampires profitent de devoir s’éloigner un peu pour remplacer leurs chargeurs, et bientôt les trois cannons tracent à nouveau des lignes rouge dans l’air du soir, les rituels des Absorbeurs tentant d’influencer la trajectoire des balles vers les rares failles dans l’armure écailleuse du Dragon. Xananka et Yasmaera choisissent ce moment pour charger.

L’arbalète et la carabine de chasse commencent à faire s’épanouir des fleurs de sang dans le dos du monstre, la position des deux femmes leur permettant de tirer à la base des ailes du monstre, peut protégées.

=== MANCHE 2 ===

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, whitecrow obtient des dommages de 210 PTS DE VIE


Tandis qu’il poursuit Whitecrow le long de la route, les Vampires déchainent toute leur puissance sur le Dragon, et son cuir est rapidement percé de multiples ouvertures laissant s’écouler un ichor ignoble à la puanteur repoussante.

D’un brusque mouvement, la Bête tente d’abattre Yasmaera :

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Yasmaera évite le coup.

Mais la Vampire, d’une brusque extension instinctive, semble s’envoler, mitraillant la Bête tandis que la patte massive brise le rocher qui servait de poste de tir à Yasmaera. Les quatre assaillant ont maintenant encerclé le Dragon, comme le prévoyait leur tactique, et les balles et carreaux s’abattent en une pluie continue sur ses écailles, et, parfois, déchirent sa chair.

=== MANCHE 3 ===

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, whitecrow obtient des dommages de 199 PTS DE VIE.


Whitecrow subit à nouveau les attentions du Monstre, et c’est un troisième coup de la griffe gigantesque qui lui brise le bras. L’Absorbeur serre les dents, et poursuit le combat – il n’est rien que son immortalité ne puisse guérir.

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Xananka obtient des dommages de 214 PTS DE VIE.

Xananka à jusqu’ici échapper aux coups de la Bête, mais un revers de la queue lui brise toutes les côtes. Le souffle court, la Captrice d’Esprit enclenche un nouveau carreau, et c’est avec un filet de sang souillant son sourire vengeur qu’elle ajuste son tir et riposte vaillamment.

=== MANCHE 4 ===

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Yasmaera évite le coup.


Yasmaera esquive encore une attaque du Dragon, qui n’aime décidément pas que sa proie lui échappe ! D’abord Whitecrow, et maintenant la belle Maîtresse des Bêtes ont ainsi provoquer son courroux, et l’ont payé au prix fort.

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Yasmaera obtient des dommages de 194 PTS DE VIE.

Yasmaera est projetée contre le flanc de la montagne par un revers de la patte écailleuse, son corps désarticulé chute de plusieurs mètres, mais elle se relève, ajuste son tir, et presse convulsivement la détente, la balle s’envole et perce un œil dans une efflorescence de matière visqueuse.

=== MANCHE 5 ===

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Xananka obtient des dommages de 203 PTS DE VIE.
Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, whitecrow obtient des dommages de 206 PTS DE VIE.


Xananka et Whitecrow sont de nouveau perforés par les griffes ébréchées du Dragon,et se relèvent, Xananka un sourire terrible aux lèvres, Whitecrow avec un visage résolut. Ni l’un ni l’autre ne semble prêt de rendre les armes.

=== MANCHE 6 ===

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Yasmaera obtient des dommages de 192 PTS DE VIE.
Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Damralh (*) obtient des dommages de 204 PTS DE VIE.


Le Dragon est fou de rage, de se voir ainsi agressé, meurtris, par de tels insectes. Il tourne comme une toupie, attaquant maintenant chaque Vampire à son tour. C’est au tour de Damralh et Yasmaera de subir ses assauts. Le Chaman est resté relativement épargné depuis le début du combat, mais ce coup lui brise une jambe, et il se traîne ensuite comme il peut.

=== MANCHE 7 ===

Le Dragon Rouge utilise l`attaque spéciale Crachat de Feu, Xananka évite le coup.


Xananka reconnaît à sa posture l’attaque de la Bête, et en effet, son poitrail s’illumine d’un soleil intérieur, brillant dans la nuit comme un phare. Mais le Monstre déchante lorsqu’il constate qu’il n’a flambé que quelques brins d’herbe sèche : la flamme de Kadath est déjà loin, et ses balles s’abattent toujours sur le Dragon comme un rideau d’acier.

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Yasmaera évite le coup.
Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Damralh (*) obtient des dommages de 209 PTS DE VIE.


Yasmaera virevolte toujours, et esquive un second coup de patte, tandis que Damralh n’est pas aussi vif…

=== MANCHE 8 ===

Le Dragon Rouge utilise l`attaque spéciale Crachat de Feu, Xananka obtient des dommages de 1054 PTS DE VIE.

Xananka finit sa non-vie sur le champ de bataille.


Malheureusement pour elles, Xananka et Ysmaera ont éveillé la rancune du Dragon, et celui-ci s’empresse de déverser une seconde rivière de flammes vers la Captrice d’Esprit. Dans une brusque explosion, le corps de Vampire de Xananka s’évapore sous la chaleur dégagée, et il ne reste d’elle que le négatif de suie sur la surface d’un rocher.

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Yasmaera obtient des dommages de 182 PTS DE VIE.

Yasmaera finit sa non-vie sur le champ de bataille.


Tandis qu’il retombe à quatre pattes, le Monstre s’arrange pour piéger Ysmaera sous une de ses griffes, et le poids réduit son enveloppe charnel en une pulpe visqueuse, en forme de patte écailleuse.

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Damralh (*) obtient des dommages de 193 PTS DE VIE.

Damralh tente d’échapper à un autre coup de patte, et se fait casser l’autre jambe. Dans un dernier baroud d’honneur, lui et Whitecrow déversent un torrent de balles sur le monstre, le voyant vaciller…Mais tenir.

=== MANCHE 9 ===

Le Dragon Rouge utilise l`attaque spéciale Crachat de Feu, whitecrow obtient des dommages de 1065 PTS DE VIE.

whitecrow finit sa non-vie sur le champ de bataille.


Whitecrow s’est arrêté pour un instant, croyant la fin du Dragon venue. Cet instant d’immobilité est tout ce qui manque à la Bête immonde pour traitreusement carboniser le Vampire, son existence se finissant au milieu d’un brasier, bûcher imitant la fin des rois anciens.

Le Dragon Rouge attaque à l`aide de griffes, Damralh (*) obtient des dommages de 201 PTS DE VIE.

Damralh (*) finit sa non-vie sur le champ de bataille.


La dernière vision de Damralh est la paire de mâchoires du Monstre se rapprochant, les rangées de dents se refermant sur lui. La moitié inférieure du Chaman reste dans le champ de roches, ses organes internes épandus sur plusieurs mètres tandis que le Dragon retourne à son repaire, repus.


RÉSULTAT DU DUEL:
Dommages/tués points de vie Dommages/tués points de vie
Damralh 1535 / 0 0 / 834 Le Dragon Rouge 4932 / 4 130 / 5765
whitecrow 3539 / 0 0 / 967
Xananka 240 / 0 0 / 1452
Yasmaera 321 / 0 0 / 559





Dernière édition par [LAF] Damralh le Ven 17 Fév - 10:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Ven 17 Fév - 10:40

Tandis que Damralh se reforme douloureusement, un nouveau fils de la citée des Songes s'approche:

"Haha !!

bon alors est ce que tu fait des choses spéciales????
c'est que les autre truc MOSE le faisait déjà!!!
nous on veux du spécial !!!

Je suis a dispo pour toutes connerie a raconter, toutes éventuelles envie de
programmer ou de dessiner!!!

En dehors de cela je veille a ma 1ere rota Z3 -> cqfd mission ... je suis
coincé en l'attendant. a voir selon les rota et level de joueurs a passer
dessus.

Ps je suis une buse en orthographe je Peux faire "corect" comme maintenant donc
si tu vois trop de chose affreus d'un coup faut pas hesiter a séviiiiiir xD

non je rigole mais comme... et avec la fatigue je derrive dûr et ecorche
parfois malgres relecture ... je ne m'en rend pas forcement compte Wink

Bref au besoin de bras pour soulever des cadvre!!! je suis là!!
C'est mon passe temps favoris!

Malcavian Yes He Can!!!
"

"Merci de ton accueil, noble Malcavian! Je prends très à coeur ta proposition de partir en chasse ensemble, sois sûr que je lancerais une grande traque au Dragon Noir dès que j'en aurais repérer un! J'espère te compter parmis les participants!"
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Ven 24 Fév - 11:34

Damralh redresse la tête, son regard s’égare dans les volutes de brumes accrochées au sommet du tas de décombres dont il fait l’escalade. Il ne devine pas les formes qui siègent au sommet de cette montagne de ruine, gargouilles difformes que le vent fait ricaner de leur aire supérieure face à ses efforts pour les rejoindre. Les pierres roulent sous ses pieds, sous ses doigts. Il ne regarde pas en bas, de peur d’estimer la hauteur qu’il a grimpée jusqu'à maintenant, de peur de calculer le temps qu’il lui reste à grimper. Cette étape n’est pas la première de son voyage. Les premiers obstacles, les fils et filles de Kadath l’ont aidé à les franchir. Les abords de la Citée qui Rêve sont chaotiques, assaillis de bêtes issus des cauchemars de races étranges. Les Vampires de Kadath les combattent presque chaque jour, ramenant avec eux des armes et des objets de pouvoir, des trophées, des savoirs terrifiants. Ils lui ont ouvert la voie, tandis qu’il cherche à atteindre le Mausolée.

Les nombreuses heures qu’il a passées dans les catacombes de la Cathédrale lui ont permis de se documenter abondement sur les êtres qui sont au dehors, dans les plans qu’il a « survolé » lors de son trajet en compagnie du Comte MOSE. Et les divers entretiens qu’il a eu, au sein du Clan ou en privé, lui ont confirmé qu’un très ancien recueille dont la légende se perd dans les âges, avant même que l’écriture ne soit découverte, aurait été rédigé sur Terre par un sorcier possédé par un démon primordial, durant une de ses transes. Les yeux révulsés, le sorcier aurait éventré et écorché tous les membres de son clan et aurait utilisé leur sang et leur peau pour tracer les runes et composer l’ouvrage blasphématoire. Les vélins en serait encore frémissants, l’encre, encore chaude. Sous l’influence obscène des puissances de celui qui est au cœur de tout, Azathot, la vie palpite encore dans ces « pages » tandis que leurs précédents porteurs sont poussière depuis plusieurs âges du monde.

Damralh prend appui sur un bloc plus important. La taille de celui-ci lui fait croire à un appui stable, mais les apparences sont trompeuses, et l’iceberg de granit ne fait que flotter dans une mer de gravats. Le poids des armes, de l’armure et du Chaman suffisent à le faire doucement basculer. Damralh appui de toutes ses forces sur la pierre, tandis qu’elle bascule, et parvient à se projeter sur le côté, vers un autre pan de la Montagne artificielle qui le tient en échec. L’éboulement s’écoule à la suite du bloc dans un grondement de fin du monde. L’Akroforme étouffe dans un nuage de poussière si dense qu’il ne voit plus la paroi à laquelle il est agrippé. Tandis que le silence retombe sur la scène, suivit de près par les particules brillantes, sa vision se rajuste au monde qui l’entoure. Une face entière du monticule gît, éparpillée, en bas de la pente, et c’est un trou béant qui s’ouvre désormais devant le Chaman ébahit. Sa nature de créature de la nuit lui octroie bientôt une visibilité claire de l’intérieure de la grotte, et Damralh constate avec horreur qu’après l’espace rocailleux s’ouvre un puits entouré d’ossements et de membres momifiés. Les goules des terres Akroformes. Les nécrophages fous l’ont suivi, à l’odeur de son Sang, à travers les entrailles de continents métaphoriques, jusqu’ici. Le groupe devait être important, pour avoir survécu sur tant de temps, sur un tel trajet. Le Roi des Goules, mâle alpha d’une espèce abjecte, est le parangon de leurs vices. Il n’a pas dû hésiter longtemps avant de faire manger aux siens les corps des infirmes, des trop jeunes, des trop vieux, des parias.

Le Chaman n’a pas le temps d’explorer les galeries, ni de traquer les humanoïdes dégénérés qu’elles renferment. Dans un brusque effort de volonté, Damralh fait rugir le Sang en lui. Le fouet de liquide écarlate s’échappe de sa paume tendue en fouettant l’air. La grotte s’illumine de reflets rouges tandis que la puissante magie se déchaîne, les murs tremblent, les roches se fissurent ; bientôt toute la caverne s’écroule, répercutant les dommages sur toute la hauteur du puits, déjà fragilisé. La montage s’abat dans le ravin, et scelle définitivement ces accès aux catacombes des goules. Tandis qu’il reprends l’escalade, Damralh ne remarque pas le regard fuyant de la créature à peau grise qui l’épie. La goule femelle à été envoyée en éclaireur, pour s’assurer que les boyaux dans lesquels sa meute s’abrite ne sont pas en danger. Maintenant, la chasse est lancée. Les cris aigus sont relayés, et bientôt, des dizaines d’ombres torturées s’extraient des caves et des grottes sous Kadath, et s’élancent dans la nuit.

Damralh continue son escalade, et atteint bientôt le sommet. Les brumes sont trompeuses, il en avait presque terminer avec son ascension lors de l’incident. Devant lui s’étends, en pente plus douce, une grande mer de caillasse morne, que le vent à fait rouler en vagues figées, parsemée de ci de là de la floraison rabougrie de colonnades sombres. Au loin, l’ombre monumentale du monolithe tiens le mausolée dans l’étreinte de ses bras ténébreux. Les roches crissent sous les pieds du Chaman tandis qu’il commence sa descente. Soudain, le crissement se fait écho, dans une mer de silence. Le Chaman tourne la tête de tous côtés, hume l’air du soir aux relents de carrière, encore chargé de fines particules de poussière de granit scintillant. Les ombres bougent au loin, au bas de la pente. Damralh se met à courir, les vagues de roches tressautent sous ses foulées élancées et le paysage roule et bouge avec lui. Les goules l’ont vu. Leurs cris de charognard s’élèvent dans l’air, appelant à la chasse les autres groupes, plus lents, qui convergent vers la proie. Bientôt, l’Akroforme est encerclé par les bêtes sautillantes, et leurs meneurs se font plus agressifs. La distance se réduit rapidement entre chasseurs et proie, et Damralh sort ses deux pistolets, enclenchant de nouveaux chargeurs, des balles explosives auxquelles il a lier des élémentaires de Feu à peine contenus. La meute est presque à portée quand le Chaman lève ses armes et ajuste son tir. Il vise soigneusement deux des plus imposantes Goules en face de lui, et appui sur la détente. Les balles enchantées partent dans un claquement de tonnerre, les douilles gravées de Cercles d’Emprisonnement s’envolent et s’embrasent dans l’air du soir, illuminant la scène dans un flash orangé. Les deux trainées de feu touchent les deux aberrations et deux autres explosions courroucées se font entendre tandis que la tête de l’une et le poitrail de l’autre volent en éclats. Des esquilles d’os poreux sont projetées par la force de grenades antipersonnel, lacérant les autres monstres alentours. Tandis que les bêtes abjectes serrent leurs membres à demi sectionnés et leurs plaies sanguinolentes, les deux cadavres basculent et s’affaissent en tas de chair informe d’où s’échappe une odeur de chair carbonisée. Repus, les créatures du feu retournent avec les âmes glanées à leur maître lui compter leur bonne fortune. L’action n’a duré que le temps d’un battement de cœur, et Damralh n’a pas ralenti. La meute, elle, marque un point d’arrêt, sous la surprise de voir une proie riposter. Le Chaman en profite pour balayer le groupe de droite et de gauche, vidant ses pistolets sur les Goules, achevant nombre d’entre elles et réduisant leur courage à néant dans une série d’exposions flamboyantes.

L’Akroforme ne ralentit toujours pas. Tandis que les Goules survivantes s’enfuient, il saute au dessus des cadavres de ses deux premières victimes et accélère sa course vers le Mausolée. Il connaît ses ennemis, il sait que les bêtes ne sont là que pour l’affaiblir, le désarmer en lui faisant tirer toutes ses balles, jusqu'à la dernière. Il à déjà commis cette erreur, par le passé ; et à appris dans la douleur à ne pas recommencer, dévoré vivant. Déjà, sur toute la pente, il aperçoit les maîtres de ces pathétiques choses, grands comme deux hommes, bêtes nourries au Sang de ses pairs, plus fortes, plus anciennes, plus sournoises. Leurs corps sont grands et fins, décharnés au delà de toute expression. La chair ne les sustente plus, ils n’en mangent pas. Ils ne veulent que du Sang, pur, chaud, bouillonnant de la peur de son propriétaire, sorti directement des veines d’une infortunée victime. Ils sont devenus autre chose que de simples Goules, ils sont à mis chemin des Vampires, mais là où un Vampire garde une trace de son humanité, un souvenir, les siècles de cannibalisme et de chasses animales ont ramené ces Seigneurs des Goules au rang de prédateurs. La bonne nouvelle, c’est que sa Magie du Sang sera donc presque aussi efficace sur eux que sur un Vampire. Damralh prépare donc un de ses plus puissants sorts, et s’apprête à siphonner leur sang hors de leurs corps. Simple désagrément et faiblesse passagère pour un Vampire, les Seigneurs Goules le vivent plutôt mal.

Les grands monstres se rapprochent, leurs foulées sont légères et espacées, gracieuses, leurs corps élancés semblent flotter comme des flocons de neige que le souffle du vent du nord ferait danser sur la banquise ; tout à l’opposé de leur progéniture consanguine. Devant, Damralh cours de toutes ses forces, les murmures de son sort se perdent dans la brise de sa célérité désespérée. Les grands humanoïdes déformés sont maintenant très proche, il entend leurs pas sur le sol inégal, le sifflement aigu de leur souffle. Sa physiologie de Vampire lui accorde un avantage, mais leur gabarit leur fourni le leur, c’est un duel de volonté, d’endurance aussi bien physique que mentale. Les dernières bribes du sort quittent ses lèvres, et instantanément, de la glace se forme là où se tenait son souffle, l’air se raréfie tandis que la magie entre en action, transformant autour de lui un cercle de ténèbres en paysage lunaire. Les rocs mettent trop de temps à retomber, le souffle des combattants reste figé dans l’air. Les monstres ralentissent, leurs forces leur échappent. Et soudain, en une série de secousses, ils trébuchent et s’affalent, leur corps semble gonfler, leurs veines saillent sous leur peau blanche et perce par endroit. Les filets de sang s’envolent vers le Chaman. Damralh s’arrête et se retourne, pour ne pas mettre entre les Seigneurs Goules et lui trop de distance, au risque de briser le sort. Il étudie leur agonie. La plupart d’entre eux se tordent au sol de douleur, leur peau prends une teinte cendreuse tandis que leurs fluides vitaux se répandent sur les pierres et glissent vers lui, formant une toile écarlate sur le sol gris. Trois des plus féroces tendent leurs pattes griffues vers l’Akroforme, refusant s’avouer vaincus, leur sang remontant le long de leurs bras en lignes sinueuses avant de voler vers le Chaman indifférent. Les bras osseux retombent à quelques pas de Damralh, les dernières gouttes de sang de leurs propriétaires étincellent une dernière fois dans l’ombre du monolithe avant de rejoindre l’aura de brume rouge qui entoure maintenant le Vampire.

Revigoré par ce sacrifice improvisé, Damralh se tourne à nouveau vers le monolithe, et reprends sa route, le pas lourd. Ce combat n’était pas prévu, il à épuiser plus de Sang qu’il n’en à gagner, ses veines sont presque taries. Un sentiment de vide l’emplit, sombre sans fin, mais il sait que la soif va bientôt le remplacer, absolue, dévorante, et qu’il doit agir vite. Il reprend sa marche, maintenant à mis chemin de la pente, déjà dans l’ombre du monolithe. Il commence à voir les portes de bronze, tordues sous l’effet des efforts telluriques produits par la chute du bloc colossal. Les fenêtres béent sur les couloirs obscures, les vitres éclatées répandues de part et d’autre de leur cadre. Damralh recharge ses deux armes, il ne lui reste que des balles runiques normales. Ses pas l’amènent finalement au seuil de la porte principale.
Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Ven 13 Avr - 10:30

La lourde porte de bronze martelé, ver de grisé, tiens à peine sur ses gonds à demi arrachés. Les lézardes courent sur le mur et les restes de fenêtres à l’étage ont éparpillé du verre brisé le long du mur. Le Vampire s’en écarte, sachant qu’il ne peut se risquer à entrer par là, à prendre un risque aussi futile si près du but. Damralh remonte le long du bâtiment, contournant les plus gros débris, enjambant les solives de toiture ayant chût, éclatées, dépassant les tas de tuiles soufflées par la violence du choc. L’Akroforme arrive face à une solive appuyée contre le haut du mur, son extrémité en coin reposant contre la face irrégulière du bâtiment dont il cherche l’entrée. La solive est solide, sans pluie ni brume, elle ne s’est pas imbibée d’eau, et aucun champignon ni parasite ne l’a rongée. La poutre est rugueuse sous les mains griffues du Vampire, ses serres s’accrochent tant bien que mal à l’amas de fibres calcifiées par les éons, tandis qu’il s’élève le long de la paroi. Les rocs qui lui paraissaient énormes vus d’en bas disparaissent lentement dans la brume. Le bois pétrifié s’effrite parfois, et Damralh s’inquiète de voir son ascension se terminer par une chute brutale et une résurrection douloureuse…

La solive se déporte brutalement sur la droite. Damralh est presque projeté dans le vide. Mais il s’accroche par ses serres à un nœud du bois, et se retrouve les jambes pendantes, sans prise. La poutre est secouée à nouveau.
« Ce n’est pas naturel ! » Pense le Vampire.
La solive valse maintenant de droite et de gauche, de grandes échardes s’échappent de son extrémité torturée, tandis que les coins de rocs déplacés dépassant du mur les lui arrachent à chaque passage. Des grognements d’efforts et de rage proviennent de l’autre extrémité, mais l’Akroforme peine à s’accrocher, et il n’arrive pas à regarder en arrière pour déterminer l’origine de la cacophonie presque animale. Un choc plus violent fait rouler la poutre sur elle-même. La solive se fissure en deux sur toute sa longueur en heurtant l’appui d’une fenêtre, Damralh sent sa prise se désagréger sous ses mains comme le bois se fait de plus en plus rare. Dans un geste désespérer, le Chaman se propulse dans la direction d’une ouverture sombre sur la face du bâtiment, tandis que les restes de la poutre s’enfoncent dans les ténèbres.
Sa réception se fait dans un bruit étouffé de craquement, comme ses côtes amortissent la plus grande partie du choc. Les gri-gri de pierres et d’os s’arrachent, et une pluie sèche se déverse dans les ténèbres, bientôt suivie par le bruit des gouttes minérales se fracassant et ricochant sur le sol, masqué par les ombres. Le Chaman lance ses bras en avant pour se rattraper, battant des jambes contre le mur sans trouver de prise, et se reprend avec la main droite sur un éclat de verre encore attaché au cadre de bois sec. Les doigts sectionnés tombent sur le sol, soulevant un nuage de poussière millénaire, tandis que les projections de sang dessinent des trainées humides dans le couloir. Dans un effort surhumain, Damralh prends appui de ses pieds sur la façade, et se propulse d’une main dans l’ouverture. Son dos heurta brutalement le mur, et le Chaman s’étale de tout son long dans la poussière, face contre terre. Sa cage thoracique défoncée gardait la forme en creux de l’appui de fenêtre, et chaque respiration fait saillir les éclats de côtes à travers la peau. Ses doigts avaient disparus, mélangés dans la couche grise qui tapisse le sol et avait amortis sa chute. Le Sang du Vampire s’écoule par de nombreuses blessures, aux mains, bras, jambes et torse. Une partie de ses organes internes commencent à se désagréger dans son abdomen défoncé. L’Akroforme prend un instant pour évaluer les dommages, et décide de continuer. Le Sang désormais mêlé de poudre grisâtre s’étale sur le mur tandis qu’il s’y appui pour se relever.

<CLANG !>
Le bruit de la porte secouée sur ses gonds fit brusquement relever la tête au Vampire. La ou les choses qui le traquaient, frustrée d’avoir échoué dans sa capture, avaient cherché une autre entrée.

<CLANG !> <CLANG !>
Damralh se met à courir dans la direction opposée au bruit, tentant de s’orienter vers le mausolée renfermant l’objet de sa quête. Même si il ne peut plus s’enfuir avec, il peut encore le lier, et le trouver à ses côtés lors de son réveil.

<CLANG !> <CLANG-CLAC-CLANG !>
Le bruit de dévastation était maintenant ponctué du bruit de maçonnerie arrachée par la force herculéenne mise en œuvre. Le Chaman commence à préparer le Sang qu’il lui reste pour le Rituel. Le liquide se change en Pouvoir, ses sens se ternissent tandis que tout ce qui reste de ses forces sont lancées dans l’acte de magie. Le monde devient gris.
<CLANG !><CRAAAAAAAKKKKKK !!!TONK-CLANG !>

La porte défoncée ne le protége plus. Un bruit de course se fait entendre, accompagner de moult grognements.

« Un seul ennemi. » Se surprit à espérer le Vampire.

Damralh presse le pas, prenant les tournants de droite et de gauche, dans un effort pour semer son poursuivant. Derrière lui le bruit de course se ralentit. Les grognements sont momentanément remplacés par des bruits de reniflement et de verre écrasé. La bête avait perdu sa piste, ses proies habituelles ont une odeur, et les trainées de sang qu’elles sèment dans leur fuite sont comme des signaux lumineux dans une nuit sans lune, telle des miettes de pain dans un conte de fée, les mènent à une fin sanglante. Le Vampire est une créature de la nuit, son Sang ne fait déjà plus qu’un avec les restes des âges dispersés sur le sol. Damralh sait qu’il à éparpiller la poussière. En passant plusieurs fois sur ses traces, il espérait faire tourner un poursuivant trop instinctif en rond.

Le bruit de la course reprend. Et bientôt s’arrête à nouveau. L’Akroforme devine que son poursuivant a atteint le premier croisement qu’il a mis sur sa route. Devant trois choix indiscernables les uns des autres, la bête n’a plus de piste à suivre. Damralh reprends sa course, le temps gagné lui laisse peut être la chance de finir sa quête. Tandis que ses pas se font plus lourd, le Vampire atteint une porte ouvragée, aux nombreuses serrures périphériques artistiquement intégrées aux sculptures de monstres difformes. Les deux battants vibrent de l’énergie à peine contenue à l’intérieur, tant et si bien que la poussière ne s’est pas accumulée devant le seuil. Tandis que Damralh passe ses griffes sur les serrures, tentant d’en comprendre les mécanismes, les serrures réagissent à ce contact en s’ouvrant, tandis que les figurines s’animent. Le métal froid se tord, se répand sur le sol, s’avance vers le Vampire, jetant une lumière funeste sur l’absence de poussière – il ne reste rien des précédentes tentatives d’ouverture de ces portes…

Le Chaman recule précipitamment, ses colifichets d’os et de pierres bruissent en frottant contre son armure de cuir, la griffe lancée en avant par l’apparition lui arrache une série de lambeaux de peau. Aucun sang ne coule, il ne lui en reste plus. Le Vampire enchaine les esquives faces aux attaques maladroites du géant gardien, ses milliers de silhouette projetant aux alentours des ombres aux bords déchiquetés, semblables aux lèvres d’une plaie faite par un animal sauvage. Les bras se multiplient, sortant de la porte comme si celle-ci s’ouvrait sur une dimension peuplée de création métamorphes aberrantes. Certains membres se terminent de serres faites de dragons aux yeux de pierres rouges, d’autres sont des pinces dentelées par les ailes aux plumes aiguisées de phénix caquetants.
Les esquives se font plus difficiles, tandis que le Chaman arrive enfin à quitter le cercle d’effet du piège, se projetant en arrière de toutes ses forces. Le mécanisme parvient à lui saisir une main, et un tentacule aux dents de scie aiguisées s’enroule autour de son avant-bras et sectionne le membre, transformant une large partie du bras du Chaman en viande hachée mêlée d’esquilles d’os. Damralh s’étale de tout son long dans la poussière du couloir, un nuage s’élève dans la pénombre, rapidement fauché par les bras dans de grandes attaques désarticulées. Sous le couvert de cette chape de particules que les mouvements désordonnés des appendices éparpille rapidement, l’Akroforme rampe en arrière de quelques mètres de plus, se mettant enfin à l’abris.

Le Gardien se retire dans son antre, les figurines crissant les unes sur les autres comme le bruit des écailles d’un serpent s’enroulant autour de sa proie. Les dernières figurines retrouvent leurs places, et, dans un claquement multiple, les serrures se verrouillent à nouveau. Le Chaman respire difficilement, les bandes déchirées de cuir de son armure pendent maintenant sur le devant de sa cage thoracique vide, son bras est devenu poussière jusqu’au coude, et l’articulation est visible, l’extrémité de son radius reste attaché aux tendons gris et secs de son membre à demi momifié. Se rendant compte qu’il ne respire plus que par habitude, l’Akroforme est presque pris d’un fou rire. Il est interrompu par le bruit de course de son poursuivant dans les ténèbres du tunnel. La bête est énorme. Sa masse musculeuse aux membres élancés est surplombée par un chapelet de têtes, toutes vivantes, grimaçantes, reniflant les odeurs, cherchant les traces des proies de ce cénacle dément, vision d’horreur toute de griffes et de crocs. Les gueules écumantes reprirent leur concert de grognements et acclamation inintelligibles lorsque le Roi des Goules aperçu Damralh. Enfin, sa proie à portée de ses griffes, le béhémoth déchaîné, lancé en avant par sa fureur et sa haine, s’élance sur le Vampire.

Damralh rassemble ses dernières forces et rampe à nouveau vers la porte, son vain espoir est de fournir au gardien deux proies, plutôt que d’être le repas du Roi, une fin qui, bien qu’auguste, lui serait amer. Tandis qu’il franchit à nouveau la bordure du cercle, le bruit affreux reprend, mêlé maintenant des grognements d’excitation du Roi des Goules. L’Akroforme rampe, son seul bras valide, aux deux derniers doigts, grince comme un ongle sur un tableau noir, tandis qu’il griffe de ses serres le sol. Ses pieds patinent sur la surface lisse, soulevant des nuages de poussière, les bruits de course derrière lui rendent ses efforts de plus en plus fanatiques et désespérés. Le Gardien déploie ses anneaux dans un crissement continue, chaque figurine s’articule par rapport aux autres et déploie les lames effilées, les membres tentaculaires s’échappent de la porte, se lovent en spirales resserrées. Dans un bruit de tonnerre, tous les bras se détendent d’un coup, élançant les lames vers leurs cibles.

Tandis que sa chaire est à nouveau déchirée, Damralh laisse échapper un gémissement de rage mêlée de désespoir. Derrière lui, les grognements sont remplacés par une série de hululements de douleur. Le Gardien à lancer plusieurs membres vers le Roi des Goules, et les lames ont percé la chaire du monstre, qui, desservi par sa masse, n’a pas pu esquiver toutes les attaques dans un couloir étroit. La bête commence à briser les excroissances tentaculaires, ses poings massifs arrachent les liens fantômes entre les pièces de cette construction de cauchemar. Les lames restent plantées dans ses chaires, tandis que les figurines battent les flancs du Roi, ornements improbables couverts de l’ichor du monstre. Les membres sectionnés se replient, se transforment, faisant sortir de nouvelles lames aux formes torturées. Le Gardien élance toujours plus de ses forces dans la bataille, sa substance s’amenuise. La porte commence à laisser échapper des raies de lumière noire. Le Roi des Goules et le Gardien continue leur combat cataclysmique, la constitution semi-vampirique lutte contre l’énergie contre nature. Damralh entrevoit sa cible par une faille dans les défenses de métal de la porte. Un réflexe lui fait échapper son sort, les paroles murmurées dans la cacophonie ambiante passent inaperçues, la chaleur s’échappe, le Gardien lance ses dernières forces dans la bataille, ses pièces ne tiennent plus au cadre de la porte que par les serrures périphériques ; le Roi des goules halète, tous ses visages crispés dans différents rictus de douleur tandis que sa vie s’écoule par des milliers de plaies.

Revenir en haut Aller en bas
[LAF] Damralh

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 31
Localisation : Dans les Limbes, au fond à droite

Votre perso en bref.
Race: Absorbeur
Niveau: 66 (pour le moment)
Surnom: Picsou (c'est moi qui ai la caisse!!!)

MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   Mar 24 Avr - 7:42

Les vrilles de magie rampent sur le sol, s’insinuent entre les serrures de la porte et s’avancent dans la salle. Une lumière noire emplit la salle toute entière, déborde par les interstices dans la forme du Gardien. Une présence antique émane désormais de la salle. La magie s’insinue sous la chape de ténèbres ; rejoint le lutrin et commence à s’élever vers l’opuscule.

Le Roi s’est saisi des deux derniers membres du Gardien et pousse de toutes ses forces, ses griffes tracent des sillons dans le sol, tandis que les pièces de métal s’arque-boutent, une poussière de métal tombe de chaque jointure, alors que les forces exercées meulent les articulations. Une brusque pression s’échappe de la porte entrouverte, dans un flash de lumière noire, la moitié des serrure sont arrachées et s’envolent, rattachées par les chaînes de figurines comme à des lignes de vie, les pièces de maçonnerie frappent la bête de droite et de gauche. Le Gardien, en perdant son appui, à lâcher prise, et sa forme s’effondre en arrière sous la force exercée par le Roi des Goules. Tandis qu’il disparaît dans la pièce, la pulsation de lumière noire reprends, et la silhouette filaire semble fondre, dévorée par l’ombre. Le Roi lève les bras aux cieux, ses multiples gorges lancent un unique cri de victoire alors que son adversaire s’évapore.

La magie du sang s’est avancée à l’aveugle, déployée en une toile d’éclaboussures carmines, elle atteint le livre et s’insinue dans la couverture, entre les pages. L’ombre rejoint l’esprit de l’Akroforme, tandis que sa volonté se lie à l’objet ensorcelé. Une nausée terrible lui secoue le corps en un long spasme, tandis que son esprit est torturé, distordus, étendu à travers l’espace et le temps. Le Chaman à voyager loin, mais jamais il n’a été partout, tout le temps. La trame de son esprit s’effiloche, se déchire sous la contrainte ; ses souvenirs ne sont que des grains de sable ballottés par les rouleaux des éons qui s’écrasent et refluent sur les galaxies du multivers. Il est au centre de tout, son moi, son être - son âme, peut être - emmenée dans une sarabande endiablée là où se tiens Azathot, il n’est qu’une feuille portée par les mouvements de la danse, il n’a pas de corps, pas de conscience, pas de passé, pas de futur, pas de savoir, pas de souvenir, il a perdu la vie et la mort, il n’est plus un livre ouvert sur lequel s’écrivent les jours qui passent, il est une feuille blanche à l’infini, potentiel, absolu, à jamais vierge de toute acte, immaculé de l’envie, de la passion, de la joie, de l’espoir, du chagrin, de la haine, du courage, de la colère. Il comprend qu’il n’y a rien à comprendre, il n’y a que « être », et la vie continue.

Il ne tourne pas son regard vers les infinis. Il oublie de ne pas se concentrer, il n’apprécie pas cet instant. Et le rêve se termine, et il ne se rappelle que d’avoir rien perdu. Et Damralh se sent vide.

Le Chaman lève un regard vitreux vers les ténèbres dans la porte, et sais ce qu’il y a derrière. Et la pulsation de lumière reprend. Le Roi des Goules s’avance vers Damralh, un sourire carnassier sur les lèvres, un grognement de plaisir anticipant sa dégustation de la proie qui lui a tant coûté. Un rayon obsidienne s’échappe de la porte, illumine le poitrail musculeux, et s’éteint. Tandis que l’obscurité reprend sa place, la pénombre révèle une balafre là où s’est posée la lumière noire. Le Roi baisse ses têtes vers la béance, leurs regards partagés entre surprise, confusion et colère tandis que ses organes, son ichor et sa vie s’écoulent le long de ses jambes musculeuses. La masse formidable vacille, des râles d’agonie se mêlent en un crescendo cataclysmique tandis que les poings massifs sont projetés vers le Vampire, dans un dernier effort pour arracher au Destin une victoire illégitime.

L’Akroforme laisse échapper un soupir, et se laisse quitter cette vie. Les bras du monstre frappent le corps meurtri, les os broyés et la peau parcheminée se changent en poussière, que le choc fait s’échapper dans l’air, les nuées blanches se dispersant sur les murs et le sol en un paysage hivernale. Les flocons morts recouvrent lentement la masse abattue du Roi des Goules, diorama retraçant les derniers moments de cette quête démente aux limites du temps, au fin fond de l’espace, vacillant entre monde et songe.

Tandis que ses yeux s’ouvrent, Damralh erre encore entre rêve et réalité. Il rêve qu’il bouge, et son corps git. Son esprit vagabonde, sa vision fait le point sur un éphémère mirage, et il ne voit pas le vrai monde, tout est trouble. Il lui faut du temps pour se limiter aux parois matelassés de son cercueil, de son univers réel. Le Chaman souffre, sans blessure, une lourdeur, une lassitude physique qui lui pèse sur chaque centimètre carré de peau livide, et son corps gît. Il est au dehors. Il pense aux autres, qui l’attendent surement. Il bouge une serre. L’effort est facile, lorsqu’il y met sa volonté. La lumière s’engouffre par la faille dans l’écrin de ses jours. Il pousse plus fort, et le couvercle s’ouvre complètement.

Le cercueil repose sur une estrade de marbre, adossé au mur d’une pièce blanche veinée de noir, les murs recouverts de tentures aux couleurs éclatantes, scènes de batailles, de festins, de conquêtes, de sa mort, nuit après nuit. Les bougies diffusent une lueur pâle, suffisante uniquement pour les yeux rouges de ceux que le soleil à renier. Ses serviteurs ont entendu le bruit, les portes s’ouvrent.

Le Vampire se redresse, un livre, minuscule, s’échappe de sa poitrine. Il ne l’avait pas remarqué. Il s’en saisit. L’aura qui en émane est terrible, il caresse la peau parcheminée de la couverture, remarque les trainées de Sang et ressent la réponse du fluide coagulé lorsque son doigt passe sur les marques brunâtres. Il se rappel du livre, l’ouvre. La page est blanche. Il tourne toutes les pages, et revient à la première. Il n’en a compter qu’onze. Saisit d’un doute, il recompte. Et il se souvient du livre. Il se lève, tends l’opuscule à un serviteur à la tête baissée, au regard fuyant. Son rêve dans les yeux, le Vampire passe ses vêtements, se pare de ses amulettes, s’empare de ses armes. Tandis qu’il quitte sa crypte, Damralh sourit. Il ne cherche pas à comprendre. Il n’y a rien à comprendre. Et la vie des Akroformes continue, tandis même que, chaque jour, Kadath leur est contée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Livre-aux-Onze-Pages   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Livre-aux-Onze-Pages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Maupassant, Guy (de)] Pierre et Jean (Nouvelles)
» [Wolff, Isabel] Un amour vintage
» [Mourlevat, Jean-Claude] Terrienne
» [Verne, Jules] Voyage au centre de la Terre
» Reliure type BD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de KADATH :: Les Jardins du Monolithe. :: Le Théâtre du Roi en Jaune-
Sauter vers: