Forum de Kadath, un lieu de songes et de délires.
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Goetys
Admin
avatar

Messages : 1725
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 42
Localisation : Québec la maudite.

Votre perso en bref.
Race: Capteur d'Esprit
Niveau: 70+
Surnom: Prince Jaune de Kadath

MessageSujet: Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.   Lun 22 Déc - 9:21



Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.
1. Malmagam, Prophète du Rat Cornu.

Le Prophète est d’abord apparu à Mâche-Morts. Ça, peu s’en souviennent ou s’en préoccupent réellement; peu même l’ont déjà su. Le rat-blanc est arrivé par un boyau menant vers des tunnels oubliés, escorté par un véritable tapis de vermines dociles. Seuls une vingtaine des nôtres l’ont vu en sortir, appuyé sur son bâton de marche singulier. Quelque uns ont fui dès que les orbes rouges de ses yeux sont apparus contre les ténèbres. Il nous a regardé un à un, paralysant chacun d’un respect ficelé d’une crainte angoissée. On raconte que le Rat Cornu garde un œil sur ceux qui marchent sous les cornes. Savoir le regard du dieu braqué sur nous suffit à souder nos carcasses sur place.

Le rat-blanc arrêta son regard sur moi. Je l’ai senti plus que je ne l’ai vu. Mes propres yeux étaient liés nerveusement sur les orteils griffus de mes pieds.

- Toi, » croassa-t-il en levant un doigt, « mène-moi chez le maître de ce nid et le Rat Cornu te sourira un jour. »

J’acquiesçai avec empressement, alors inconscient de la puissance cachée derrière la moindre phrase forcée par cette gorge éraflée. Malmagam savait-il déjà ce que me réservait le Seigneur des Ruines ou mon destin n’était-il à cet instant qu’un mirage dans une nuée de possibilités? Et, s’il avait vu le déroulement des nuits à venir, comment le prophète peut-il prétendre servir notre cause lorsqu’autant des nôtres ont péri par ses desseins?

Je l’ai conduit jusque chez Mâche-Morts où il fut introduit sans la moindre opposition. Je n’étais alors guère plus qu’un novice, un guerrier anonyme dans la masse grouillante des habitants de Mornemaille. Curieux, j’ai attendu à l’extérieur une chance de comprendre ce qui se tramait dans les chambres de notre Seigneur de Guerre mais la garde rapprochée de notre chef m’éconduisit avant que mes questions aient trouvé réponse. J’attendis un temps mais, vite rappelé par quelque autre tâche, je quittai les lieux avant que le prophète ne réapparaisse. La rumeur de son passage persista quelques temps mais de nouveaux développements attirèrent rapidement notre attention ailleurs.

Weihyk Mâche-Morts était à la tête de Mornemaille depuis trois générations lorsqu’il lança ses ordres, quatre jours après avoir reçu la visite du terrible rat-blanc. Ceux qui se souviennent de lui évoquent tous à son propos de longues dents jaunes et un regard sauvage. Le long discours lancé avant de quitter le nid pour fonder un avant-poste près la surface restera aussi gravé dans ma mémoire. Le chef a parlé longuement de destin et de bons auspices, nous promettant que cette victoire nous apporterait les bonnes grâces du Rat Cornu.

Avant ces événements, Mâche-Morts avait remporté plusieurs victoires contre les choses-naines et mené une longue campagne contre les Fils Buboniques, une guerre qui avait enrichi Mornemaille et fait résonner son nom jusque dans les chambres de Skarogne. Mais aucun autre exploit ne vint y faire écho et l’étoile montante du clan armurier retomba vite dans l’anonymat. Sa mort dans la fabrique maudite qu’il a cherché à planter trop près de la surface mit fin à ses chances de devenir légendaire. Quatre jours après le passage de Malmagam, Weihyk Mâche-Morts mit en branle une série d’événements qui entrainèrent sa mort et la chute de Mornemaille.

La fabrique à machines de guerre installée près de la surface fut ultimement mise à sac par ceux-là même qu’elle était sensée annihiler. De nombreux skavens périrent lors de la bataille où périt Mâche-Morts; le clan de Mornemaille avait misé gros sur ce coup et il avait perdu son investissement. Ceux qui, comme moi, purent survivre au massacre cherchèrent à regagner notre ancien refuge. Mais nous n’étions pas au bout de nos peines, loin de là. Le large terrier laissé derrière n’était plus le nôtre. De vieux rivaux avaient renversé la centaine de guerriers laissés là en notre absence et s’étaient fait maîtres des lieux.

Maudits soient les Crache-ta-Hache !

Rassemblés près du grand terrier dans une galerie autrefois inondée, nous attisions notre rage indignée en cherchant à établir un semblant d’ordre. Vengeance! criaient les nôtres. Mais qui dirigerait l’attaque insensée?

Trois skaven gisaient déjà dans l’eau croupie lorsqu’il revint. Deux s’étaient faits poignardés par un rival ou ses partisans. Une lame empoisonnés blottie entre les côtes, par derrière, est une forme d’argumentation fort commune chez notre peuple. Si votre adversaire ne peut garder ses arrières, il n’a clairement pas la trempe pour mener le clan, après tout. Le troisième candidat s’était simplement écroulé tandis qu’il clamait pour lui-même le titre de général. Il a coupé sa phrase sans prévenir pour s’accrocher soudainement à sa poitrine. Une grimace presque comique s’est peinte sur ses traits puis il est tombé, une écume noirâtre aux lèvres.

Après un moment d’immobilité confuse, une agitation paniquée s’est emparée du camp de fortune. Des guerriers se mirent à courir dans tous les sens. J’ai vu deux d’entre eux piétinés par leurs frères; un autre foncer droit vers le mur et se fendre le crâne contre la pierre. Seuls deux d’entre nous surent garder un semblant de stoïcisme. Un grand guerrier au pelage noir se tenait au centre du tumulte, cherchant à ramener un peu d’ordre chez les autres en agitant sa hallebarde au dessus du chaos. Lui et moi avons échangé un regard au dessus de la masse de queues et de fourrures. J’aimerais dire que nous avons su redresser la situation mais notre échange tint davantage de l’aveu d’impuissance. Non, ce qui figea les nôtres et ramena l’ordre au sein des ruines du clan fut un chuchotement rauque mais étrangement puissant dont la sécheresse ennuyée sut paralyser jusqu’au dernier d’entre nous.

- Assez ! »

Le prophète était là, au centre du conduit. Redressé, son bâton levé jusqu’au plafond voûté du passage humide, il dégageait une telle présence que tous oublièrent la raison même de leur émoi; tous sauf le guerrier d’élite à la hallebarde et moi.

- Cessez de gaspiller le sang de Mornemaille. Son flot est déjà bien assez mince, inutile d’en tarir davantage la source, » lâcha-t-il, non sans un certain dédain. Vous entre-tuer ne servira le Rat Cornu en rien. Sur la même note, ce nid qui était le vôtre ne l’est plus. Vous aurez votre vengeance contre le clan des Crache-ta-Hache, je vous le promet, mais pas aujourd’hui ni même demain. »

Malmagam laissa ses mots s’insinuer dans les esprits confus avec amertume. La pause lui permit de scruter les forces en sa présence. Plusieurs suivirent son regard et en vinrent aux mêmes conclusion qui lui : s’il veut survivre, le clan devra fuir pour revenir un autre jour.

- Je suis venu vous livrer les vœux du Rat Cornu. Je connais votre destin, Mornemaille, et il se cache ailleurs. Votre route sera difficile mais les trésors et l’opulence qui reviendront aux survivants fera pleurer d’envie vos morts.

« Les guerriers qui dînent en ce moment dans vos chambres ancestrales ne sont que les pantins d’un vaste clan à l’influence crainte d’Estonie jusqu’aux déserts maudits de l’Est. Tranchez la tête de cette hydre et vous verrez deux nouvelles gueules lancées sur vos traces avant la fin de l’année. Non. C’est folie d’entamer ce combat. Mais tout n’est pas fini pour les braves de Mornemaille. Comme je l’ai dit, le Rat Cornu a des projets pour vous. L’un des vôtres vous guidera vers ce destin et, sur ce chemin, vous aurez l’occasion de blesser ceux qui vous ont dérobé ces quelques salles. »

C’est à ce moment que le regard de l’envoyé du dieu des tunnels passa sur moi. Encore aujourd’hui, j’ignore toujours s’il a reconnu en moi le guerrier qui l’a guidé vers sa rencontre avec Mâche-Morts. Peut-être a-t-il seulement remarqué mon grade récemment acquis de Longues-Dents, lieutenant placé à la tête d’une petite unité de guerriers lorsque le clan marche en guerre. Peut-être encore, et cette possibilité m’effraie plus que tout autre, peut-être le prophète a-t-il réellement perçu en moi quelque promesse du Rat Cornu.

- Non, » poursuivit-il sans s’attarder plus longtemps, « tout n’est pas fini pour Mornemaille. Je crois au contraire que tout commence pour vous. Je nommerai un des vôtres qui ouvrira les boyaux du monde pour vous mener vers votre destinée. Vous le suivrez jusqu’à ce que le désir du Rat Cornu se manifeste en lui. Vous le suivrez vers l’Ouest. »

Malmagam se retourna sur ce dernier mot, pointant de son doigt noueux vers l’Ouest mais aussi directement vers moi. Les yeux du rat-blanc croisèrent les miens à nouveau et j’y lus cette fois d’étranges desseins. L’intelligence cachée dans ces orbites cernées est plus acérée que le fil de la meilleure des épées.

- Quel est ton nom? » Demanda-t-il gravement.

Je répondis, cherchant une assurance soudainement évasive. Le prophète répéta mon nom avec la même intensité chuchotée qui avait fait taire le clan, l’instant précédent. Mes comparses frémirent. On s’éloigna de quelques pas.

- Tu es à présent Sang-Blanc, seigneur et guide de Mornemaille, envoyé souterrain du Rat Cornu. » Il se tourna vers les autres. « Quelqu’un conteste-t-il le titre? L’un de vous est-il prêt à faire valoir ses mérites devant lui par l’acier et le sang? »

Pas une queue n’a remué. Le grand soldat d’élite au pelage sombre a bien incliné la tête dans ma direction mais sans baisser son regard, comme s’il me concédait la victoire d’une joute à laquelle je ne me savais même pas participer. Personne sinon n’osa même fermer les yeux. Lorsque Malmagam déclara la chose faite le clan retrouva sa mobilité nerveuse habituelle. Le mystique fit quelques pas vers moi en s’aidant de son bâton, brisant du coup l’illusion de vigueur qui l’avait nimbé depuis son apparition. Il posa sa main sur mon épaule et je sus difficilement retenir mon réflexe de retrait.

- Nous aurons à parler. »





Dernière édition par Goetys le Ven 2 Jan - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://academie-de-kadath.forumactif.com
Goetys
Admin
avatar

Messages : 1725
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 42
Localisation : Québec la maudite.

Votre perso en bref.
Race: Capteur d'Esprit
Niveau: 70+
Surnom: Prince Jaune de Kadath

MessageSujet: Re: Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.   Lun 29 Déc - 1:07



2. Nehey Méninges, émissaire du clan Skryre.

Une fois le prophète silencieux, les principaux guerriers de Mornemaille approchèrent pour me prêter serment. Les vœux de la vingtaine de Vermines de Choc survivants me laissèrent une impression désagréable. L’élite de la garde de Mornemaille a toujours été un groupe étonnamment soudé. Certains montrèrent même une allégeance flagrante envers le guerrier ayant montré des nerfs d’acier, leur semblable. Ils soulignèrent leur mépris envers un simple guerrier et formèrent un mur de cottes de mailles sombres et d’armes d’hast aiguisées derrière ce rival, m’isolant du reste des nôtres. Je choisis d’en rester là pour le moment. Nul n’oserait agir en présence du prophète. Je tentai d’afficher une façade inébranlable malgré la vitesse surprenante avec laquelle les événements me dépassaient à présent.

Un éclair de lumière bleutée inattendu fit reculer les soldats d’élite. Un homme-rat au pelage roux se fraya un chemin entre eux pour s’incliner à son tour. Le petit être strié de cicatrices et de traces de brûlures était plié par le poids d’un appareil singulier accroché à son dos, un assemblage de rouages et d’ampoules hérissées d’arcs crépitant. Représentant du clan Skryre assigné à Mornemaille depuis fort longtemps, Nehey Méninges a passé plus de temps au sein des nôtres qu’en compagnie des siens. Autrefois assisté d’une demi-douzaine de Technomages, il n’était plus alors que le doyen des deux artificiers ayant survécu au fiasco de la fabrique aux malheurs. Le vieux rat roux rangea une tige de fer fumante et s’inclina devant moi non sans difficultés.

- Toutes mes félicitations ... Sang-Blanc. Je vous offre les bénédictions du clan Skryre, votre protecteur. Bien que nous soyons infiniment navrés du chaos ayant causé la mort de cinq des nôtres, nous louons les treize de savoir que Mornemaille se relève aussi promptement de ce qui semblait une défaite mortelle. Loué soit le Rat Cornu, » ajouta-t-il en adressant un moment d’attention au Prophète Gris à mes côtés.

Mon nouveau surnom avait peine à franchir ses lèvres. Je l’ai bien remarqué. Conscient d’avoir bien moins d’alliés que d’ennemis autour de moi, j’ai tenté de me montrer confiant. Dévoiler une faiblesse maintenant n’aiderait en rien ma cause.

- Merci, vénérable Nehey. Je suis heureux de savoir qu’au moins deux d’entre vous ont échappé à la mort. »

Privé de plus de mot, j’ai hésité en prenant conscience de l’attention soutenue du clan. Encore sous le choc de ma promotion inattendue, je suis resté immobile plus de temps que je n’ose l’avouer. C’est le vieux Méninges qui sut me tendre une perche et briser le silence en me demandant si j’avais quelque message pour les siens.

- Comme vous le devinez sûrement, je n’ai pas encore contacté mon clan suite à notre récente défaite contre les habitants de la surface. Il est toutefois certain qu’on attend de mes nouvelles avec impatience. Bien que vôtre, le projet de l’usine était cher aux miens. Le clan Skryre avait investi considérablement dans l’entreprise. Je les contacterai certainement sous peu. »

Je n’eus pas besoin de la pression ferme du rat-blanc sur mon épaule pour me faire comprendre qu’on s’attendait à une réponse de ma part. J’ai remercié une nouvelle fois le Technomage, soulignant que j’appréciais particulièrement qu’il ait survécu plutôt qu’un autre, que sa fidélité envers Mornemaille m’était connue et portée en fort grand estime. Je lui ai demandé de partager avec les siens ma consternation face à l’échec subi récemment et que j’espérais pouvoir bientôt leur faire parvenir de meilleures nouvelles tant à nos projets communs. Nehey s’enquerra de ceux-ci, demandant surtout certaines précisions tant à notre destination. Malmagam prit alors la parole. « Ils iront à l’Ouest. » Le sujet fut clos. Nul ne s’oppose aux Prophètes Gris. Seuls les fous questionnent ouvertement leurs décisions.

Le Technomage était sur le point de se retirer lorsqu’une question me vint à l’esprit. Je retins le vieux génie.

- Dis-moi, comment compte-tu faire parvenir ton message aux tiens? J’ai horreur de penser avoir à nous priver de tes services, Méninges.

- Ne t’inquiète pas. Je ne serai pas parti longtemps. Je vous rattraperai d’ici demain au plus tard. D’ici-là, mon assistant saura répondre aux besoins du clan. »

Devant mon air désapprobateur, le vieil ingénieur comprit qu’il devrait fournir davantage de détails à son nouveau supérieur. L’assurance issue de mon titre commençait à s’affirmer. Je m’habituai facilement à sa saveur galvanisante. Il expliqua que, grâce à son statu de Technomage du clan Skryre, on ne le questionnerait qu’à peine s’il cherchait à entrer dans les salles maintenant occupées par les Crache-ta-Hache pour y visiter ses confrères affiliés aux mécréants. Ceux-ci communiqueront pour lui son rapport aux siens en même temps que mon message. J’insistai, demandant si mon message avait quelque chance d’être intercepté par nos rivaux, voir carrément livré aux Crache-ta-Hache. Le rat roux dut avouer ne pas pouvoir se porter garant de la dévotion ou du sens moral de chaque membre du clan entre ici et Skarogne mais il confia avoir lui-même confiance en la discrétion des siens.

- Demande alors aux maîtres de Skryre de préparer pour nous certaines de leurs meilleures machines de mort. Nous leur dirons bientôt vers où acheminer celles-ci, » ajoutais-je après une pause.

- Avec joie, Sang-Blanc. Mais le clan Skryre ne peut se départir gratuitement de ses créations, même pour des alliés aussi estimés que vous, même pour les paroles d’un des Gris, » s’empressa-t-il de préciser à l’adresse de Malmagam.

- Mais bien entendu. »

Peu après le retrait de Nehey Méninges, le clan débuta son exil silencieux vers l’Ouest, contournant par des tunnels peu engageants leur ancien domicile abandonné pour des illusions de grandeur. Lorsque Malmagam me prit à part pour discuter de ses plans, des heures de marche plus tard, il dut reconnaître l’inévitable : avant de parler de quêtes et des souhaits du Rat Cornu il nous faudrait discuter de besoins plus terre-à-terre; Mornemaille avait besoin de fonds.
Revenir en haut Aller en bas
http://academie-de-kadath.forumactif.com
Goetys
Admin
avatar

Messages : 1725
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 42
Localisation : Québec la maudite.

Votre perso en bref.
Race: Capteur d'Esprit
Niveau: 70+
Surnom: Prince Jaune de Kadath

MessageSujet: Re: Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.   Mar 27 Jan - 8:16



3. Rasht le Pillard, porteur de la bannière de maille noire.

Nous avons marché des heures, des douzaines d’heures, voir des jours avant d’enfin s’arrêter pour monter un campement. Nous avons marché jusqu’à ce que les plus faibles d’entre nous tombent. Je me souviens de cet exode comme d’un mauvais rêve. Nous ne possédions rien d’autre que le bagage traîné au combat. Nous progressions en silence de peur d’être repérés par les éclaireurs d’une troupe en quête d’esclaves. Nous empruntions des galeries négligées, voir instables, des passages parfois guère plus larges que nos armures. J’aimerais écrire que j’ai profité de ce temps pour digérer les derniers bouleversements, pour retrouver l’aplomb attendu de moi. Ce ne fut pas le cas. L’alternance de plafonds bas et de boyaux chargés d’immondices a nourri ma transe médusée. Je laissai les détails de notre navigation à mes subordonnés, évitant de croiser les regards de peur d’inviter quelque question.

Je me souviens sinon avoir mangé. On m’a nourri comme je n’avais jamais été nourri auparavant. La viande et le sang soutinrent cette marche impossible. Sans les esclaves et blessés notre longue procession eut péri de la faim. Je décelai les fragments de malepierre saupoudrés sur certaines viandes comme autant d’épices ardentes et soupçonnai comme de raison l’intervention de Malmagam mais je m’abstins de tout commentaire. Ce qu’éveilla en moi les parcelles du Chaos vint à apprécier cet apport supplémentaire. Je changeai. Non seulement mon corps se durcit et se muscla à une rapidité phénoménale, mon intellect s’affina lui aussi considérablement. Je sus comprendre davantage et, par conséquent, craindre encore plus le destin fragile de notre clan déraciné.

J’étais entouré de quatre gardes d’élite et d’une douzaine d’esclaves lorsqu’un grand homme-rat au pelage noir entra pour me demander audience. Je reconnus celui qui avait su garder son sang froid avant que n’apparaisse Malmagam et cherchai à me recomposer un minimum face à ce rival potentiel. Bien nourri, celui-ci paraissait avoir bénéficié des changements récents. Les brumes des encensoirs et les effets latents de mon dernier repas engourdissaient mes sens mais j’étais déjà plus alerte que je ne l’aurais cru possible une semaine plus tôt. Je lui présentai l’air le plus confiant possible.

Le garde sombre fit un signe à ses hommes qui quittèrent la pièce sans un mot. Aux aguets, je me préparai à une tentative d’assassinat mais mon présumé adversaire déposa sa hallebarde en ployant son genou, sans montrer le moindre signe d’agression.

- On me nomme Rasht, Rasht le Pillard. » Il se releva sans me lâcher des yeux. « Je suis celui qui s’occupe du Maillon Noir, ta troupe de Vermines de Choc. J’ai combattu avec eux durant seize ans avant que les conseils du rat-blanc n’incitent notre ancien seigneur à partir en croisade contre la surface. »

Le moment qui suivit fut crucial. Je saluai silencieusement l’audace du guerrier d’élite. Mentionner ouvertement les plans fautifs du prophète de cette façon était proche du blasphème. Ma cervelle bouilla, cherchant la réponse adéquate qui transformerait cette situation épineuse en nouvelle opportunité.

Je chassai d’un geste sec les quelques esclaves affairés avec les plats de viandes et les encensoirs au fumet épais. Une fois seuls, je risquai le tout pour le tout.

- Je vois que tu as l’esprit clair, » dis-je en poussant vers lui les restes d’un gigot à l’origine douteuse. « Je t’ai remarqué. Je suis heureux que tu sois venu me trouver. »

Je compris que s’il n’était pas là pour m’enlever la vie, Rasht le Pillard avait la possibilité de devenir un allié indispensable. Je m’inquiétais de la façon dont il avait poussé Mâche-Morts vers son décès et me questionnais sur ses plans  mon sujet. Je ne pouvais m’enlever de la tête cette impression que la prospérité de Mornemaille n’avait que peu d’importance dans le grand schème dissimulé derrière son œil fourbe.

Je découvris en Rasht un digne fils de Mornemaille. Élevé par le clan, prêt à donner sa vie pour celui-ci, il a su apaiser en partie mes doutes à son sujet. Il expliqua que malgré les dires du prophète, il n’était pas certain lequel de nous deux était le mieux pourvu pour mener le clan vers un futur meilleur. Il était toutefois conscient qu’un déchirement interne serait fatal pour celui-ci. Non, Mornemaille avait besoin d’unité.

- Je suis donc prêt à t’appuyer, Sang-Blanc. Je tenterai de te fournir l’expérience militaire qui te fait défaut en échange de ton oreille attentive. Je t’aiderai à prendre en main le Maillon Noir et rétablir la réputation des nôtres. »

Je n’eus d’autre choix que d’accepter son offre. Je me souviens m’être senti acculé vers cette décision, pris au piège, manipulé. Sans l’appui du Maillon Noir, mon règne ne saurait durer plus d’un mois. C’est ainsi que Rasht le Pillard devint mon conseiller, mon second, porteur de la bannière de maille noire.


Revenir en haut Aller en bas
http://academie-de-kadath.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Révélations de Sorkho Sang-Blanc.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ravenor III - Révélations par Abnett (5/5)
» Vos révélations de l'année 2011
» Révélations Acte II
» Harry Potter -la soirée des révélations-Harry/Draco-G
» Topic SPOILER harry potter 7, pour ceux qui l'ont terminé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de KADATH :: Les Jardins du Monolithe. :: Le Théâtre du Roi en Jaune-
Sauter vers: